Interview de la semaine

« Le Brexit n’empêche pas Assurant de renforcer ses activités »

Par thierry gouby, chef de rubrique - Le 02/11/2017

Lorenzo Frediani, président d’Assurant France

Au sortir d’une importante phase de transformation, Assurant France poursuit son développement. Lorenzo Frediani, le président de l'entité française, revient sur les projets du courtier et porteur de risques spécialiste de l’affinitaire.

Comment se porte Assurant France ?

Depuis le rachat de CWI par Assurant Solutions fin 2014, l’entreprise a doublé de taille et compte désormais plus de 300 salariés. Nous sommes passés du statut de courtier local à grossiste national et nous avons, sur la période, plus que doublé notre CA. En parallèle, nous avons opéré un important changement culturel au sein de l’entreprise en adaptant les méthodes de travail du groupe aux spécificités françaises et encouragé la promotion interne. Notre objectif : déléguer le moins possible et mettre l’accent sur la qualité de service, notamment dans la gestion des sinistres.

Nous nous concentrons désormais sur le domaine de prédilection du groupe Assurant qu’est le marché des grands comptes corporate. Assurant France a traditionnellement occupé un positionnement sur le secteur des franchisés et des boutiques de téléphones mobiles. Nous avons décidé ces derniers mois d’étendre notre positionnement sur d'autres réseaux de distribution pour nos garanties affinitaires, notamment sur celui des grands opérateurs téléphoniques et des grandes enseignes de retail.

Sur quels segments se positionne aujourd’hui le courtier ?

Nous sommes un des leaders du courtage affinitaire, notamment en garanties et assurances du foyer (ordinateur portable, tablette, montre, objet connecté, produit brun, gris, etc.). Assurant s’est spécialisé dans la couverture d’objets technologiques.

Dans le domaine des institutions financières, nous sommes essentiellement courtier et gestionnaire des programmes d’assurance des moyens de paiement et cartes bancaires sur un marché très concurrentiel. Nous avons un lien de longue durée avec ce segment sur lequel nous avons une vraie expertise. Nous disposons, grâce aux moyens du groupe, d’une véritable avance technologique pour mettre en place des solutions digitales adaptées aux besoins des clients, avec une équipe solutions et technologie de près de 130 personnes.

Nous avons dernièrement embauché un directeur corporate business France en la personne de Christophe Pouget (ex-SFR et NRJ mobile) pour réfléchir à un nouveau mapping et à notre approche des secteurs bancaire et corporate.

Quels sont vos objectifs ?

2018 sera largement dédiée aux entreprises et aux institutions financières même si nous ne délaisserons pas le secteur de la distribution indirecte où nous prévoyons de distribuer de nouveaux produits et concepts à nos partenaires. Mais tout d’abord, nous allons digérer et consolider le travail déjà fait depuis deux ans suite à cette croissance importante afin d’assurer à nos clients et consommateurs un service de premier ordre. Sur le créneau du corporate, la concurrence existe et nous comptons nous adapter et importer les produits et services performants déjà proposés par d’autres entités du groupe Assurant et nous inspirer des meilleures pratiques du marché. Notre force est aujourd’hui de pouvoir porter le risque en tant qu’assureur, ce qui nous donne un avantage certain.

Nous sommes désormais capables de proposer un produit totalement intégré, qui mêle courtage, portage du risque, et administration des sinistres. La seule partie que nous devons déléguer est la partie supply chain mais nous avons d’excellentes relations avec tous les partenaires du marché.

Sur certains appels d’offres, nous n’intervenons que comme courtiers ; il faut alors réussir à séduire des porteurs de risques qui travaillent généralement avec les gestionnaires de la place avec qui ils ont de bonnes relations. Aujourd’hui, nous travaillons avec les plus importants assureurs du marché et nous continuerons de former des partenariats de qualité avec eux.

Que va changer pour vous le Brexit ?  

Comme la plupart des groupes anglo-saxons, nous nous interrogeons aujourd’hui quant à la pérennité du passeport européen pour les compagnies d’assurance du groupe Assurant, lesquelles opèrent actuellement depuis le Royaume-Uni. Nous avons dans le même temps réfléchi et commencé à implémenter une solution alternative nous permettant de poursuivre nos activités d’assureur dans l’hypothèse où le passeport viendrait à disparaître. Quoiqu’il en soit, le Brexit n’empêche pas le groupe Assurant de renforcer encore ses activités dans ses filiales en Europe.

Un grand opérateur de la place, dont nous sommes aujourd’hui le courtier, nous a par exemple demandé d’accompagner son développement en Europe, ce qu’Assurant est en mesure de faire grâce à son réseau européen et sa capacité et volonté de s’implanter dans de nouveaux territoires. Assurant France fait partie du comex européen d’Assurant, ce qui confère à l'entité une place de choix et une grande autonomie au sein du groupe.

A lire aussi

interview de la semaine

« Les assureurs demandent que tout aille plus vite »

Christophe Arrebolle, président de TexaSur un marché toujours plus concentré, Christophe Arrebolle, président de Texa, fait le point sur la santé et les projets d'un des princ...

> Lire la suite

INTERVIEW DE LA SEMAINE

« Solly Azar est de retour ! »

Philippe Saby, directeur général de Solly Azar - A la tête du courtier grossiste depuis deux ans, le DG revient pour La Tribune de l’assurance sur les transformations engagées...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« La Flat Tax va à l'inverse de l'effet voulu »

Jean-François Garin, directeur général de Groupama Gan vie -Bilan et perspectives de la filiale assurances de personnes de Groupama avec son directeur général (retrouvez l'int...

> Lire la suite