Interview de la semaine

« Brokerslink a un business model unique »

Par Stephane Tuffery, Rédacteur en chef - Le 21/12/2017

Grégory Allard, président de Filhet-Allard & Cie et chairman de Brokerslink

Président de Brokerslink, Grégory Allard détaille pour La Tribune de l'assurance le mode de fonctionnement atypique de ce réseau international de courtiers indépendants. Le président de Filhet-Allard & Cie, seul membre français de Brokerslink, détaille également les projets et les ambitions de cette alliance.

Vous présidez Brokerslink, très bien représenté il y a quelques semaines à Monte-Carlo à l’occasion du Ferma ou lors du Rims au printemps dernier. De quoi s’agit-il ?

Brokerslink est un groupement de courtiers actifs partout dans le monde qui permet à Filhet-Allard d’accompagner ses clients à l’international et de gérer les affaires françaises de ses partenaires membres du réseau.

Ainsi, je préside Brokerslink et c’est José Manuel Fonseca, à la tête du courtier lusitano-brésilien MDS Group, qui en assure la direction opérationnelle. Au total, Brokerslink compte 89 membres pour une représentation dans plus de 100 pays. C’est un réseau de courtiers à l’international qui n’a pas grand-chose de comparable avec les solutions développées par nos confrères et néanmoins concurrents.

C’est-à-dire ?

Le réseau international est un enjeu majeur pour tous les courtiers qui accompagnent et conseillent les entreprises sur leur gestion des risques et leurs assurances, donc pour Filhet-Allard. Sans parler des grands comptes, par essence internationaux, nombre de PME et la plupart des ETI sont aujourd’hui actives à l’international. Pour Filhet-Allard, qui adresse principalement les ETI, notre capacité de projection à l'international est donc un sujet stratégique qui nous permet de conquérir de nouveaux clients et d’accompagner à l’export ceux déjà en portefeuille. C’est aussi un très bon moyen de partager du savoir-faire entre partenaires.

Il existe différents business models, intégrés avec les megabrokers ou associatifs pour les courtiers indépendants, et nous souhaitions créer un modèle unique pour répondre parfaitement à nos besoins en combinant l'efficacité des premiers et l'agilité des seconds. 

En quoi le modèle de Brokerslink est-il unique ?

Brokerslink est le seul réseau international de courtage à disposer d’une société commune, Brokerslink AG, basée en Suisse, qui a pour vocation de piloter le réseau et qui est détenue par ses membres. L’intérêt capitalistique commun est tout particulièrement engageant. Les courtiers membres de Brokerslink sont actionnaires de cette société commune sans pour autant qu’il y ait un leadership de l’un ou l’autre, chaque actionnaire disposant d’une même part du capital. C’est le gage d’une implication forte de chacun des membres. C’est ce business model qui est unique au monde. Quand Filhet-Allard, seul membre français du réseau, travaille pour un des partenaires Brokerslink, il travaille pour un associé avec un degré d’exigence aussi élevé que pour lui-même. L’inverse est réciproque bien évidemment. 

Aujourd’hui, Brokerslink AG compte 55 actionnaires des cinq continents, tous parties prenantes du réseau, lequel compte 89 membres au total. Tous les membres ont vocation à devenir actionnaires après une période d’affiliation pour que chacun puisse prendre la mesure de son engagement. Brokerslink AG dispose de ressources à la fois humaines (6 ETP) et financières significatives pour améliorer la visibilité du réseau, comme au Rims en avril, au Ferma en octobre et en  février prochain à l'Amrae. Brokerslink AG a aussi déployé un outil digital afin d'offrir des moyens de communication et de reporting efficaces. Au total, Brokerslink offre toute la palette de services des réseaux intégrés (modélisation cat, gestion de captives, ingénierie…) et la même souplesse que les réseaux associatifs pour un engagement sans commune mesure.

Brokerslink est-il suffisamment dimensionné et quels sont vos objectifs ?

Nous sommes pragmatiques et nous ambitionnons d’être présents dans les pays qui se développent économiquement. Il ne s’agit pas de planter un drapeau dans chaque pays du globe mais bien d'être là où nos clients ont des intérêts et d'anticiper là où ils en auront.

Notre objectif principal, c'est de continuer à consolider cette alliance capitalistique entre courtiers qui partagent la même culture entrepreneuriale avec une vision à long terme orientée vers les besoins de ses clients.

A lire aussi

Interview de la semaine

« Humanis souhaite renforcer son maillage territorial »

Olivier Mesnard, directeur général d'HumanisOlivier Mesnard a pris les rênes du groupe Humanis fin août 2017 après le départ de Jean-Pierre Ménanteau. Le nouveau directeur gén...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Le marché de l’assurance emprunteur est à la fois mature et très nerveux »

Eric Dodin, directeur général d'AssurOne GroupEric Dodin, directeur général d'AssurOne Group depuis juillet dernier, revient sur ses premiers mois à la tête du courtier en lig...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Les réseaux d’agents restent extrêmement performants et rentables pour les compagnies »

Patrick Evrard, président d’AgéaAlors qu’Agéa entame la dernière ligne droite de son projet de refondation du métier d’agent, Patrick Evrard, président de la Fédération nation...

> Lire la suite