INTERVIEW DE LA SEMAINE

« Nous assistons à une véritable montée en puissance du risk management »

Par Stéphane Tufféry, rédacteur en chef - Le 28/06/2018

Laurent Mayet, président et cofondateur de GM consultant, cabinet de conseil et d’expertise en gestion de sinistres

Le cofondateur de GM consultant présente le cabinet de conseil et d'expertise et sa plate-forme de gestion de sinistres.

Quelles sont les activités de GM consultant ?

GM consultant est un cabinet de conseil et d’expertise en gestion des sinistres. Fondé en 1999, notre principale activité est l’expertise post-sinistre des risques industriels et de spécialités (art, fraude, aérospatial, etc.). Aujourd’hui encore, tous les dirigeants de l’entreprise sont experts et continuent d’être sur le terrain pour expertiser. C’est vrai aussi des cofondateurs, Paul-Marie Rongiconi et moi-même. A l’origine, notre business model, exclusivement axé sur le secteur de l’assurance, consiste à gérer les risques opérationnels des entreprises aux côtés des risk managers. 

Progressivement, nous avons ajouté d’autres capacités et d’autres compétences à notre gamme de services et aujourd’hui GM consultant réalise un chiffre d’affaires de 25 M€ annuel et compte 260 collaborateurs en France et à l’international. 

Quelles sont ces compétences ? 

GM consultant dispose en interne d’un laboratoire d’analyses en électronique et cyber à même d’intervenir en cas de sinistre, sériel notamment. Nous avons aussi développé une plate-forme de gestion, SES, pour faire de la délégation de gestion des sinistres pour le compte des assureurs.

Que représente pour vous cette délégation de gestion ?

SES réalise 4 M€ de chiffre d’affaires annuel. Typiquement, la plate-forme est tout particulièrement pertinente pour de gros volumes de sinistres qui, sans être particulièrement complexes, doivent être gérés rapidement. SES, qui a des circuits courts, peut répondre par exemple dans le cadre de sinistres multiples avec un même fait générateur. Le cas des prothèses PIP est un bon exemple avec pour SES un nombre de 5 000 dossiers gérés. La délégation va en général jusqu’à l’indemnisation de l’assuré pour des montants compris entre 400 et 2 000 €. Chaque année, SES gère pour le compte de ses donneurs d’ordre plus de 60 000 dossiers sinistres. 

SES fonctionne avec une logique davantage industrialisée que l’activité cœur de GM consultant, celle d’expertise et de gestion des sinistres industriels. GM consultant, ce ne sont « que » 15 000 dossiers chaque année pour des montants qui s’échelonnent de 10 K à 100 M€.

Quelles sont les attentes de vos clients assureurs et/ou assurés actuellement ?

Le modèle d’affaires tant des courtiers que des assureurs a profondément changé ces dernières années pour passer d’un processus indemnitaire à de la prestation de services à valeur ajoutée. C’est, me semble-t-il, tout particulièrement vrai du risque émergent des dernières années : le risque cyber. Pour s’imposer, un assureur doit délivrer du service en amont de toute souscription du risque cyber. 

Du côté des assurés, je perçois, à la faveur de la complexification des risques, de la pression réglementaire et de la hausse de l’aversion au risque dans les entreprises, une véritable montée en puissance du risk management. Aujourd’hui, le risk manager remonte très facilement à la direction générale et au comex de son entreprise quand précédemment il pouvait se voir cantonné à l’achat d’assurances.

Comment répondez-vous à ces attentes ?

Dans la droite ligne de ce que je viens de formuler, GM consultant a mis en place en 2017 une société d’analyse et d’audit du risque cyber, Inquest, pour en amont de la souscription délivrer du service aux entreprises, en particulier le segment des PME. Petya et Wannacry ont fait la preuve du caractère systémique du risque cyber, il est légitime que GM consultant, spécialiste de la gestion des risques et des sinistres, s’en saisisse.

Quelle est la répartition de vos revenus entre vos différentes activités ?

Notre chiffre d’affaires groupe s’élève à 25 M€ ; l’essentiel est réalisé par notre activité cœur, celle de GM consultant à hauteur de 20 M€ dont 3 M€ à l’international ; SES réalise 4 M€ de revenus annuels et le petit dernier, Inquest, un million d’euros. 

Quel est votre maillage international ?

Nous sommes bien représentés à Londres aux côtés des Lloyd’s. Nous avons d’abord développé notre implantation en Asie et tout récemment en Afrique (Algérie et Sénégal) avant d’investir très bientôt le continent sud-américain. En matière de développement international, nous nous voulons pragmatiques et le plus souvent nous suivons nos clients dans leurs implantations.

Quels seront vos autres leviers de croissance à l’avenir ?

Au-delà de l’internationalisation du groupe et de sa spécialité sur le risque cyber, les risques de réputation, de perte d’image, les catastrophes naturelles, les énergies renouvelables, l’environnement et le risque politique sont tout particulièrement porteurs pour une société comme GM consultant.

A lire aussi

Interview de la semaine

« En construction, les récentes défaillances présentent clairement une opportunité »

Jean-Luc Montané, directeur assurances IARD entreprises et règlements de spécialités, et Guillaume de Chatellus, directeur du courtage d’Axa FranceUn an après avoir engagé un...

> Lire la suite

interview de la semaine

«Le sujet de l’intégration d’Aréas à une Sgam ne se pose pas»

Sylvain Mortera, directeur général d’Aréas assurancesAu sortir d’un exercice réussi, Aréas assurances aborde des projets d’importance. Sylvain Mortera, son directeur général,...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Le transport sort de dix ans de crise mais tout n’est pas resté figé »

Frédéric Denèfle, directeur assurance du CesamLes 26 et 27 juin, le Cesam organise le Rendez-vous de l’assurance transports qui propose de revenir sur la période 2008-2018, un...

> Lire la suite