Retraite

Generali vie sanctionnée par l’ACPR

Par Nessim Ben Gharbia, journaliste - Le 18/03/2020

Première condamnation d’un assureur sur la problématique de la gestion retraite ! L’ACPR sévit et amende Generali vie, notamment sur le sujet des contrats collectifs retraite. Le gendarme de l’assurance va-t-il davantage porter ses contrôles sur ce segment de marché (retraite supplémentaire), lequel a le vent en poupe actuellement, à la suite de la loi Pacte ?

Dix millions d’euros ! C’est le montant de la sanction prononcée par l’ACPR contre Generali vie mardi 17 mars dans le cadre de la gestion de ses activités retraite. Pour le gendarme du secteur, l’assureur n’a notamment pas respecté les clauses de revalorisation de certains contrats retraite au détriment des adhérents. En outre, l’ACPR estime que l’assureur n’a pas, au moment du contrôle, été en mesure de fournir les pièces d’origine justifiant les opérations se rapportant à ces contrats, et concernant ses Perp n’a pas respecté certaines règles comptables propres à ces contrats, ce qui l’a conduit dans certains cas à affecter les écarts positifs à ses fonds propres. Enfin, le régulateur juge que le recueil des exigences et besoins des clients et l’expression de la motivation du conseil fourni ont été effectués sans que soient totalement respectées les obligations applicables dans ce domaine.

Message fort

Pour Maîtres Lecoq-Vallon et Feron-Poloni, associés du cabinet éponyme, cette sanction a pour but d’adresser un message fort  aux acteurs : « Très clairement, l’ACPR sert les boulons et sanctionne dans un contexte où elle sait que certaines pratiques de compagnies d'assurance vont créer des préjudices. Ceci explique la sévérité apparente de l’amende. »

Generali vie prend de son côté acte de la décision de l’ACPR et évoque des erreurs de gestion sur des produits qui ne sont plus commercialisés. Au total, la compagnie est amendée dans le cadre de sa gestion de cinq contrats en run-off sur plus de 400 produits retraites qu’elle commercialise. Des contrats repris dans le cadre de fusions-acquisitions successives que Generali vie a conduites à la fin des années 1990 (Eagle Star notamment) et qui concernent 0,03 % de ses encours retraite et moins de 1 % de ses clients. En outre, l’assureur affirme qu’une direction spécialisée, dédiée à la protection sociale, notamment à la retraite des professionnels et des petites entreprises, a été créée depuis pour garantir la qualité de service due au client. Enfin, l’ensemble des griefs reprochés à Generali vie a fait l’objet d’une régularisation pour l’ensemble des assurés concernés l’an dernier.

A lire aussi

LPS

CBL Insurance : le placement en liquidation officialisé

Dans une note rendue publique, l’ACPR prend acte du placement en liquidation judiciaire de la compagnie irlandaise CBL Insurance et rappelle les intermédiaires à leurs obligat...

> Lire la suite

Pandémie

L’assurance immunisée contre le coronavirus ?

Depuis la propagation de l’épidémie du coronavirus Covid-19, tous les regards sont tournés vers les assureurs avec comme principale interrogation la question de savoir si ce r...

> Lire la suite

Assurance récolte 

Un modèle à bout de souffle ?

Alors que le Salon de l’agriculture vient de fermer ses portes, les discussions entre assureurs, réassureurs, agriculteurs et pouvoirs publics jouent les prolongations avec co...

> Lire la suite