Interview de la semaine

« Insurtech France est un club qui porte et défend les intérêts de nos structures françaises »

Par Emmanuel Mayega, journaliste - Le 14/01/2021

Toufik Gozim, président et cofondateur d’InsurTech France et CEO d’Assurly

Un mois après le lancement avec Philippe Mangematin, CEO de Seyna, d'InsurTech France, groupement des entreprises de la Tech assurantielle, Toufik Gozim expose ses ambitions.

Pourquoi réunir l’InsurTech française sous une même bannière ? 

L’InsurTech a besoin de s’organiser et de porter une voix unique. C’est le gage d’une professionnalisation, qui profite à tout le métier et à ses clients, parfois un peu perdus. A travers cette maison commune, nous entendons structurer les échanges avec notre écosystème car l’InsurTech devient un élément incontournable de l’assurance.

Pourquoi incontournable ?

Les Insurtech apparaissent souvent malgré elles comme la partie invisible de l’assurance. Pourtant, elles fondent l’attractivité de celle-ci à un moment où la concurrence fait rage. En fait, les InsurTech renouvellent et rajeunissent une assurance considérée comme poussiéreuse. Nos membres ajoutent de la valeur à l’offre de base de l’assurance et deviennent de fait incontournables pour la compétitivité. A ce titre, elles devraient capitaliser sur cette valeur ajoutée. Pour prendre une image, c’est un peu comme les microprocesseurs d’Intel dont la puissance sans cesse renouvelée revisite et donne une nouvelle vie aux machines informatiques. Qui, dans le public, hormis les spécialistes de l’informatique, se pose la question de savoir ce qu’apporte un microprocesseur Intel à sa plate-forme ? Personne aussi longtemps que tout fonctionne. Une telle considération et un besoin de visibilité a sûrement motivé Intel à proposer sa baseline : Intel Inside. C’est le même cas pour l’InsurTech qui a besoin de visibilité et de faire savoir que « Insurtech Inside ».

Quels sont les chiffres d’InsurTech France ?

Malgré le contexte de crise sanitaire, presque toutes les InsurTech françaises nous ont rejointes. A ce jour, ce sont 25 membres qui représentent des levées de fonds supérieures à 150 M€ et comptent déjà plus de 400 000 clients en cumulé.

Quelles missions pour InsurTech France ?

Echanger, promouvoir, accompagner et fédérer les actions de l’ensemble du domaine en France et au-delà. A l’heure de la régulation à tout va, nous voulons constituer une force essayant de peser sur les évolutions réglementaires.

Quelles sont les valeurs de votre club ?

Il y en a cinq, visant à revisiter l’image poussiéreuse que les clients se font de l’assurance. La simplicité, via des garanties claires et faciles à cerner, l’accessibilité, la transparence, l’éthique et le respect de la vie privée. A l’heure de la Directive sur la distribution de l’assurance (DDA), l’InsurTech doit privilégier la transparence notamment sur sa rémunération et sur l’adéquation de sa commercialisation des produits aux besoins des clients. Cela ne peut se faire qu’en s’inscrivant dans la durée. Enfin, le respect de la vie privée devient valeur by design pour notre association.

Comment l’association fonctionne-t-elle et êtes-vous en relation avec la FFA ?

Nous allons plancher sur nos missions à partir de groupes de travail engagés. Actuellement, nous lançons un appel à candidatures pour chacun des thèmes de travail identifiés : éthique et distribution, Tech for Privacy, VC for Equality, relations avec les pouvoirs publics, IA, etc. Nous sommes un tout jeune groupement. Notre ambition est d’œuvrer en toute intelligence avec notre écosystème.

A lire aussi

Interview de la semaine

« Notre agrément récompense des années de travail et de rigueur »

Yoann Chery, président de Leader Underwriting Soulagement pour Millennium. Le 16 décembre dernier, à moins de quinze jours de la date fatidique du Brexit, l’assureur basé à Gi...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« La digitalisation va encore s’amplifier »

Fabrice Pomiers, DG de Digital Insure Le directeur général de l’AssurTech Digital Insure revient sur la digitalisation accélérée du fait du confinement et met en avant le rôle...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Le nouveau groupe Aésio-Macif ambitionne de figurer parmi les leaders sur toutes ses branches d'activités »

Patrick Brothier, président du groupe Aésio Le rapprochement entre Macif et Aésio, entamé il y a deux ans, a été officialisé par les AG du groupe Aésio puis par celles du grou...

> Lire la suite