Interview de la semaine

« EDIconformité compte 1 000 courtiers inscrits après un an »

Par Nessim Ben Gharbia, Journaliste - Le 25/03/2021

Samuel Reuss, directeur général d'EDICourtage 

Le DG de l’éditeur de plates-formes numériques sécurisées dresse le bilan de la première campagne de collecte des éléments de conformité de la solution EDIconformité et dévoile les objectifs de la seconde qui débute la semaine prochaine.

Comment fonctionne la solution EDIconformité ?

La plate-forme EDIconformité permet aux courtiers de saisir en une seule fois les données de conformité de sept assureurs (AIG, Allianz, Axa, Covéa,  Groupama, Generali et Thelem). Les intermédiaires qui étaient contraints de transmettre aux différents assureurs des informations de conformité selon des formats et des calendriers différents ont désormais la possibilité d’une collecte unique.

Le besoin a émané tant des courtiers que des assureurs, vu le poids de la réglementation qui pèse sur ces acteurs (DDA, RGPD notamment). Ce poids renforce le besoin de mieux échanger et de mieux se connaître, et ceci impose du côté des courtiers une charge croissante d’échange d’informations à transmettre aux assureurs.

Dans la pratique, nous avons constaté que chaque assureur a ses processus, ses outils, ses interrogations, et la traduction concrète pour les courtiers est que chacun est interrogé X fois par an, souvent pour répondre exactement aux mêmes questions, avec à la clé des charges de travail administratif extrêmement lourdes. D’où l’idée de mutualiser ce corpus d’échanges et de parler le même langage à travers un questionnaire socle de 51 questions posées par les assureurs aux courtiers, le cas échéant complété de questions spécifiques nécessaires à certaines délégations. Concernant le prix, l'abonnement 2021 est entre 30 et 40 k€ HT selon la taille du réseau d'intermédiaires. Il s'agit d'un forfait groupe d'assurance, ce qui signifie que toutes les compagnies d'un même groupe d'assurance peuvent bénéficier du service sans surcoût.

Quels sont les enseignements que vous avez pu tirer de la première campagne d’inscription qui a eu lieu en 2020 ?

Nous avons quasiment 1 000 courtiers qui se sont inscrits sur la plate-forme, et le feed-back est unanime : cette initiative va dans le bon sens. Cela a également suscité beaucoup de questions : pour certains, c'était une découverte. Pourquoi on me pose cette question-là, à quoi ça sert, comment cette donnée va être utilisée, pourquoi on ne me posait pas cette question avant ? Cette première campagne avait pour objectif de caler notre approche. Nous avons des pistes d’amélioration, et nous avons légèrement reformulé certaines questions lors de la deuxième campagne.

Quels sont vos objectifs pour cette seconde campagne qui aura lieu du 29 mars au 30 juin 2021 ?

L’objectif, c’est davantage d’intermédiaires sur la plate-forme. Nous visons une inscription de plusieurs milliers de courtiers dans notre prochaine campagne. Les assureurs sont mobilisés et nous sommes persuadés que Planète CSCA va expliquer le bien-fondé de notre démarche à ses adhérents.

Thélem vient de rejoindre votre plate-forme EDIconformité.

Notre solution est ouverte à tous les assureurs du marché qui souhaitent la rejoindre. Nous avons lancé la plate-forme avec les quatre assureurs actionnaires auxquels se sont associés Groupama et AIG. Le fait que Thélem nous rejoigne montre finalement que la problématique de la conformité était partagée par toute la Place. Nous répondons à un besoin partagé. Nous discutons avec d’autres assureurs qui souhaitent nous rejoindre et certains devraient faire des annonces très prochainement. 

Quel impact de la réforme de l’autorégulation du courtage sur l’activité d’EDIconformité ?

Au sens strict, cette réforme ne change rien pour nous dans le sens où EDIconformité a pour objectif le partage de l’échange d’informations entre les courtiers et les compagnies d’assurance. Après, tout ce qui œuvre à la simplification de la problématique de la conformité aide évidemment dans la traçabilité et la lisibilité de l’information.

Quels sont vos projets sur le proche et moyen terme ?

Nous souhaitons mobiliser toute l’attention pour que la campagne d’inscription à EDIconformité soit la plus réussie. Nous avons également deux nouveaux questionnaires qui s’ajoutent à la campagne. Concrètement, nous ajoutons des fonctionnalités qui permettent d’améliorer les échanges, au-delà de la simple transmission entre les courtiers et les assureurs. La plate-forme ne dira jamais si un courtier est conforme ou pas mais se focalise sur la relation entre le courtier et l’assureur. En définitive, utiliser la plate-forme pour fluidifier et améliorer le transfert d’informations entre assureurs et courtiers est notre objectif.

A lire aussi

Interview de la semaine

« L’expertise à distance est plus rapide mais induit aussi des surcoûts »

Emmanuel Géli, président-directeur général de Polyexpert Le groupe Polyexpert a bouclé l’exercice 2020 en croissance et réalisé deux opérations de croissance externe. Revue de...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Nos dirigeants pratiquent la “politique du chien crevé au fil de l’eau” »

Hubert Rodarie, président de l’Association française des investisseurs institutionnels (af2i) L’auteur de l’ouvrage « Effacer les dettes publiques, c’est possible et c’est néc...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« En 2020, Coface a maintenu une très bonne performance opérationnelle »

Xavier Durand, directeur général de Coface Le dirigeant de Coface commente les résultats du groupe, sa stratégie, et l'atypique environnement de marché de l’assurance-crédit e...

> Lire la suite