Interview de la semaine

« En 2020, Coface a maintenu une très bonne performance opérationnelle »

Par Nessim Ben Gharbia, journaliste - Le 01/04/2021

Xavier Durand, directeur général de Coface

Le dirigeant de Coface commente les résultats du groupe, sa stratégie, et l'atypique environnement de marché de l’assurance-crédit en 2020 au cours duquel l'envolée attendue des défaillances s'est soldée par une baisse importante. Retrouvez l'intégralité de cet entretien dans La Tribune de l'assurance d'avril.

Quel bilan dressez-vous de l’exercice passé ?

2020 a été une année extraordinaire au sens premier du terme, rien ne s’est passé comme prévu, mais c’est un exercice au cours duquel nous avons atteint la plupart des objectifs que nous nous étions fixés. Nous avons présenté notre plan stratégique Build to Lead fin février 2020, quinze jours avant la mise sous cloche du monde entier. Ce plan repose sur deux piliers principaux : renforcer notre leadership en assurance-crédit, et continuer d’investir pour développer les activités spécialisées adjacentes que sont l’affacturage, le single risk, la caution et les services d’information. Cette période a été l’occasion de démontrer notre résilience et notre agilité et Coface a maintenu une très bonne performance opérationnelle pendant cette crise. Pour cela, nous avons travaillé énormément. Nous avons notamment doublé le nombre de contacts avec nos clients et nous sommes restés fidèles à notre engagement qui consistait à analyser les risques au cas par cas. Dans ce cadre, je souhaite saluer l’engagement des collaborateurs qui a été extraordinaire. Par ailleurs, nous avons négocié des accords de soutien aux assurés mis en place par une quinzaine de gouvernements et je tiens à saluer leur réactivité et l’envergure de leurs plans d’actions.

Et en termes de chiffres, quels sont les enseignements à tirer de 2020 ?

Le niveau de rétention clients est cette année à un niveau record, et la production d’affaires nouvelles est la meilleure de ces cinq dernières années. Si nos résultats sont plus bas qu’en 2019, du fait de la crise, je crois que nous avons vraiment fait montre de notre efficacité et de notre capacité d’adaptation.

Nous terminons 2020 avec une entreprise qui est solide, à l’image de notre ratio de solvabilité à 205 %, très au-dessus de notre objectif annoncé de 155 % à 175 %. Notre ratio de sinistralité net s’établit à 47,7 %, en légère hausse par rapport à l’exercice précédent, et notre ratio combiné annuel net a été évalué à 79,8 %. Notre solidité financière a été confortée encore en février par Moody’s qui a confirmé notre notation et rehaussé notre perspective à moyen terme, de négative à stable. Notre chiffre d’affaires s’établit à 1 451 M€ et nous avons dégagé un bénéfice net de 82,9 M€. Nous avons proposé de verser un dividende en 2021 pour l’exercice 2020 correspondant à 100 % de nos résultats.

Y a-t-il des éléments notables de sinistralité 2020 ? La crise est-elle d’ores et déjà visible dans les ratios, la fréquence ou l’intensité ?

Il y a eu une première vague de sinistralité, qui est survenue assez rapidement au démarrage de la crise. Les entreprises qui étaient fragiles se sont trouvées encore plus en difficulté. Par la suite, l’action des gouvernements a eu un effet considérable. Coface, comme tous les opérateurs, s’attendait en début d’année à une hausse vertigineuse des défaillances d’entreprises, et au final nous avons constaté une baisse importante en 2020.

A lire aussi

Interview de la semaine

« L’expertise à distance est plus rapide mais induit aussi des surcoûts »

Emmanuel Géli, président-directeur général de Polyexpert Le groupe Polyexpert a bouclé l’exercice 2020 en croissance et réalisé deux opérations de croissance externe. Revue de...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Nos dirigeants pratiquent la “politique du chien crevé au fil de l’eau” »

Hubert Rodarie, président de l’Association française des investisseurs institutionnels (af2i) L’auteur de l’ouvrage « Effacer les dettes publiques, c’est possible et c’est néc...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« EDIconformité compte 1 000 courtiers inscrits après un an »

Samuel Reuss, directeur général d'EDICourtage  Le DG de l’éditeur de plates-formes numériques sécurisées dresse le bilan de la première campagne de collecte des éléments de co...

> Lire la suite