Interview de la semaine

« L’année 2020 a été un bon cru pour Groupama Gan vie »

Par Elisabeth Torres, journaliste - Le 03/06/2021

Jean-François Garin, directeur général de Groupama Gan vie et directeur général adjoint du Groupe Groupama

Le dirigeant de GGV dresse le bilan 2020 de la filiale d’assurance de personnes en épargne-retraite.

Parmi les gros faiseurs de l’épargne, GGVie est seul à afficher un chiffre d’affaires en hausse (+4 %) en 2020. Comment l’expliquez-vous ?

Une première raison tient à la composition de notre chiffre d’affaires total (un peu plus de 4 Md€) constitué pour une grosse moitié de contrats collectifs. Or, ceux-ci ont bien résisté à la crise. Mais ce n’est pas le seul motif : les Perp ne pouvant plus être commercialisés à compter du 1er octobre 2020, nous avons proposé à ceux de nos clients dont l’âge se rapprochait du départ à la retraite de transférer leur contrat « article 83 » sur un Perp en vue de le basculer ultérieurement sur un PERin, avec à la clé une sortie au choix en capital ou en rente. Cette opération a très bien marché : elle a généré 200 M€, venus s’ajouter à une hausse de 15 % de notre chiffre d’affaires retraite. La baisse limitée de 8 % que nous avions subie en assurance vie a été ainsi compensée.

Avez-vous procédé à des transferts de Perp ou Madelin vers le PERin ?

Pas encore, mais nous nous y préparons. Il y a un fort devoir de conseil associé à ces transferts, en particulier en raison des taux et des tables garantis par certains contrats Madelin. Nous veillons à former nos réseaux en conséquence. Nous sommes particulièrement vigilants sur ce point, il en va de notre crédibilité. L’année 2020 a été quoi qu’il en soit un bon cru pour Groupama Gan vie avec +50 % d’affaires nouvelles en retraite vs 2019 grâce au PERin. Une tendance qui se poursuit d’ailleurs en ce début d’année puisqu’à fin avril, nous sommes également à +50 % d’affaires nouvelles en épargne retraite vs 2019 sur la même période. Ces bons résultats nous ont fait gagner des parts de marché : GGVie compte désormais pour 9,2 % au lieu de 2 % sur le marché de la retraite supplémentaire. L’épargne accumulée l’an passé revient aussi vers l’assurance vie qui redémarre très fort depuis décembre.

Et du côté des PER entreprises ?

Il est clair que les entreprises ont été très chahutées l’an dernier par la pandémie et ont eu d’autres chats à fouetter que mettre en place ces nouveaux PER. Sur le marché, le nombre de nouveaux contrats reste donc modeste. Pour ce qui nous concerne, nous avons vendu 400 PER entreprises en 2020 et représentons 9 % des nouveaux contrats du marché. Pour développer ce créneau, nous voulons multi-équiper les entreprises déjà en portefeuille en IARD, prévoyance et santé.

Quelle est votre approche client en retraite ?

Nous croyons beaucoup à une approche sociétale de la retraite et sommes convaincus que les assureurs ont un rôle à jouer pour aider les particuliers à s’y préparer. C’est pourquoi, dès 2018, nous avons développé, en partenariat avec Sapiendo, une offre globale et un site (https://manouvellevie.groupama.fr/ma-retraite-attitude). Une sorte d’écosystème qui répond aux principales questions que se posent les internautes : quand pourrai-je prendre ma retraite ? combien je toucherai ? quels projets je pourrai réaliser ? Après avoir téléchargé leur relevé de situation individuel (RIS), ils peuvent avoir un aperçu de leur future retraite : un PDF leur est envoyé, évoquant plusieurs scénarios. Une fois leur profil défini, alors seulement on parle produit : PER, assurance vie, immobilier…

En ce qui concerne le PERin, la loi Pacte prévoit une grille de gestion à horizon par défaut variable en fonction de la proximité du départ à la retraite. L’âge moyen à l’entrée est de 48 ans. Alors que pour les souscripteurs les plus jeunes la gestion à horizon est orientée vers les UC, plus on s’approche de la retraite, plus on mise sur le fonds euros et/ou des UC moins volatiles. En ce qui nous concerne, nous n’avons pas encore mis en place de gestion déléguée sur le PER. Pour autant, nos performances ont été bonnes en 2020 et les rendements sont au rendez-vous : 6,75 % pour les profils équilibre « à plus de 30 ans de la retraite », 5,31 % pour ceux qui étaient à 10 ans, 4,38 % pour les assurés à 5 ans.

Et en assurance vie ?

Nous avons une approche singulière, non-coercitive, fondée sur le profil client, à rebours de l’injonction du secteur à délaisser le fonds euros au profit des UC. Aux plus prudents, nos commerciaux proposeront plus de fonds euros et des UC comptant moins d’actions. A l’inverse, les profils très dynamiques et jeunes se verront proposer moins de fonds euros et des UC plus volatiles. Nos divers profils ont bien fonctionné en 2020, avec de belles performances : 1,09 % pour le profil « prudent », 3,17 % pour le profil « équilibre », 5,62 % pour le « dynamique », 7,11 % pour le profil « gestion durable ». Ce dernier, loin d’être un gadget, représente d’ailleurs 40 à 50 % de notre gestion déléguée et se développe de plus en plus.

A lire aussi

Interview de la semaine

« Un litige oppose actuellement l’autorité du canal de Suez à la société propriétaire de l’Ever Given »

Christopher B. Kende, avocat chez Hill, Betts & Nash LLP Avocat associé du cabinet maritime Hill, Betts & Nash LLP, professeur de droit maritime et de droit des transports à l...

> Lire la suite

Interview de la semaine

«La transformation RSE ne concerne plus seulement les investissements des assureurs mais aussi leur cœur de métier»

Hugues Magron et Céline Peres, Deloitte France Le décret d’application de l’article 29 de la loi énergie et climat, entré en vigueur le 28 mai dernier, précise les information...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Crédit agricole assurances a dépassé le milliard d'euros de chiffre d’affaires en collectives »

Pierre Guillocheau, directeur des assurances collectives de Crédit agricole assurances Le dirigeant de Crédit agricole assurances revient sur le bilan de l'an passé et dresse...

> Lire la suite