Fusac

Gras Savoye toujours dans l’expectative

Par Nessim Ben Gharbia, Journaliste - Le 03/09/2021

Après l’abandon du rapprochement entre Aon et Willis Towers, l’avenir de Gras Savoye demeure en suspens.

C’est l’histoire d’une union à 30 Md$ qui devait redistribuer les cartes du courtage mondial mais aussi français. En rachetant Willis Towers (numéro trois mondial du courtage d’assurance), Aon, numéro deux du secteur, pensait pouvoir s’installer sur la plus haute marche du podium. Il reste que le mariage est officiellement tombé à l’eau en juillet dernier, malgré un accord de principe de la Commission européenne, suite notamment à un recours cet été du département de la Justice américain qui redoutait que le rapprochement ne conduise à « éliminer la concurrence, augmenter les prix et réduire les innovations ». Mais beaucoup ont vu dans cette procédure du DOJ une forme de retorsion prise par l’administration Biden, engagée dans une vaste lutte contre l’optimisation fiscale, à l’encontre de ces deux opérateurs nés aux Etats-Unis et cotés à Wall Street, et qui ont fait déménager leur siège social à Londres pour Aon et en Irlande pour Willis Towers, notamment pour raisons fiscales.

Vers une bataille à trois ?

Filiale française de Willis Towers depuis 2015, Gras Savoye se trouve dès lors dans l’expectative. Elle était initialement pressentie pour être reprise par Arthur J. Gallagher, principalement ses activités dommages dans le cadre du plan négocié dans le cadre de la fusion Aon Willis avec la Commission européenne.

Selon nos informations, le britannique Hyperion (près de 800 M€ de chiffre d’affaires fin 2019) serait intéressé pour racheter Gras Savoye. Le groupe de courtage britannique est à la recherche depuis des années d’opportunités sur le marché français.

Des rumeurs de marché évoquent également deux autres hypothèses. Verlingue (189 M€ de chiffre d’affaires fin 2020) serait intéressé selon un bon connaisseur du secteur. Quant au courtier américain Arthur J. Gallagher, il pourrait également présenter une nouvelle offre. D'autant que le  courtier américain vient  de racheter Willis Re pour près de 3,25 Md$.

Enfin, l’hypothèse d’un maintien de Gras Savoye dans le giron de Willis Towers n’est pas à exclure selon un expert du marché : « Tout dépendra des ambitions stratégiques de Willis pour le futur. Soit ils se concentrent sur le conseil et ils cèderont Gras Savoye, soit ils se maintiennent sur le courtage et décideront de garder leur filiale française. »

Aon et Willis Towers, tous deux cotés à New York, ont connu deux destins boursiers bien différents tout juste après l'annonce de l’échec de leur projet de fusion, le premier s'est solidement installé à la seconde place du S&P 500, bondissant de 6,72 % à 248,10 $, alors que le deuxième dégringole de plus de 7 % à 210,18 $, pour se placer lanterne rouge de l'indice. Willis Towers a toutefois repris des couleurs depuis, aussi bien en Bourse que sur le chiffre d’affaires avec une croissance du CA de l’ordre 8 % pour atteindre un chiffre d’affaires de 2,3 Md$ à l’issue du second trimestre 2021. Aon a quant à lui continué sa marche en avant et enregistre une croissance du chiffre d’affaires de l’ordre de 16 % pour atteindre 2,9 Md$ à l’issue de second trimestre 2021.

 

A lire aussi

Courtage

Un come-back bien orchestré

Sept ans après la cession de Ciprés, Georges Henri Levy, son cofondateur, prend la présidence du comité stratégique de Suire vie patrimoine, spécialiste du même terrain de cha...

> Lire la suite

Magazine

Abonnés : téléchargez le numéro de septembre 2021

Retrouvez en ligne le n° 271 de La Tribune de l'assurance de septembre 2021. Téléchargez le numéro 271 de La Tribune de l'assurance  en cliquant ici.

> Lire la suite

Collecte

Bancassurance : les voyants repassent au vert

Impactés l’an passé par la crise sanitaire et le premier confinement, les bancassureurs redressent la tête au premier semestre 2021. La collecte repart en épargne-retraite, ma...

> Lire la suite