Interview de la semaine

« L’Ujarf est un club de networking, pas de lobbying »

Par Thierry Gouby, chef de rubrique - Le 22/11/2018

Florence Louppe, présidente de l’Union des jeunes assureurs et réassureurs français (Ujarf)

Avec sa présidente Florence Louppe, le point sur l'actualité de l'Union des jeunes assureurs et réassureurs français (Ujarf). L'occasion de détailler son fonctionnement et ses ambitions.

Quelle est votre feuille de route à la tête de l’Ujarf ?

Je souhaite avant tout pérenniser le fonctionnement d’une association qui se porte très bien. L’Ujarf a fêté ses 60 ans l’année dernière avec pour objectif de rester un club de networking entre membres, avec l’identification de jeunes talents et la réunion de chacun autour d’un intervenant inspirant. Notre voyage d’étude annuel (en Irlande pour cette année 2018) nous permet également de découvrir d’autres marchés de l’assurance et de rencontrer les acteurs étrangers de nos métiers avec une vision locale et internationale.

Quels sont les objectifs de votre présidence ?

Avec le bureau, nous nous sommes fixé trois chantiers. D’abord, poursuivre la transformation digitale de l’association. La récente refonte de notre site web permet désormais à nos membres de faire leurs transactions depuis leurs smartphones et nous permet d’administrer de manière simple et claire nos envois d’emailing ou le suivi de nos ventes.

Le deuxième chantier concerne les profils qui rejoignent l’Ujarf. Traditionnellement, pour adhérer à l’association, il fallait être co-opté par deux parrains. Pour être certains d’attirer les bons profils, nous souhaitons davantage « marketer » l’Ujarf et viser des profils qui ne sont pas forcément issus de très grandes compagnies ou cabinets de courtage. Nous sommes pour la diversité, y compris au sein de notre nouveau bureau. Les fonctions représentées dans notre association doivent elles aussi évoluer et nous ciblons des membres aux postes plus variées comme des directeurs des opérations, des directeurs de services clients, des responsables du digital, etc.

Enfin, notre troisième chantier consiste à trouver de nouveaux formats de rencontre qui sortent des traditionnels déjeuners ou soirées. En septembre, nous avons par exemple testé un format de petit-déjeuner lors duquel des professionnels du secteur sont venus présenter leur activité et comment ils exercent leur métier au sein de leurs structures. Cela permet de donner à nos membres des perspectives de carrière et une meilleure compréhension du métier.

L’image que renvoie l’Ujarf vous convient-elle ?

Nous avons un objectif de recrutement qualitatif et non quantitatif, avec un large spectre des métiers représentés. Cela doit permettre à l’Ujarf de continuer d’être valorisé au sein des entreprises du marché. Chez certains assureurs, le bureau exécutif désigne chaque année un collaborateur potentiel qui peut prétendre rentrer à l’Ujarf. Cette reconnaissance permet aux collaborateurs d’avoir accès à des intervenants de renom en se créant un réseau. C’est in fine très valorisant pour les employeurs.

J’ajoute que de plus en plus de collaborateurs issus de petites structures font la démarche de nous contacter pour savoir comment adhérer à notre association. Enfin, l’arrivée de Christophe Hautbourg au bureau nous aide à promouvoir l’Ujarf au sein du grand courtage tout en attirant des jeunes issus de cabinets plus modestes. Enfin, de plus en plus de collaborateurs non-parisiens nous rejoignent, preuve de notre intérêt.

Souhaitez-vous donner à l’Ujarf un poids politique ?

Ce n’est pas l’objet de l’association. Même si la question s’est posée plusieurs fois, l’Ujarf est un outil de networking et non de lobbying. D’une certaine façon, nous contribuons tout de même à maintenir une image positive de notre métier dans un secteur qui n’a pas toujours bonne presse.

L’Ujarf permet de promouvoir un secteur dynamique avec des entreprises prospères et des projets intéressants. Il est clair que les rencontres au sein de l’association facilitent ensuite les échanges entre professionnels, mais nous restons une association d’échanges.

Nous essayons aujourd’hui de trouver des thèmes de discussion plus larges, des intervenants d’autres secteurs d’activité que le nôtre. Nous avons par exemple reçu deux économistes au premier semestre ainsi qu’un dirigeant d’InsurTech.

Nous avons également la chance d’avoir une communauté d’anciens très fidèle qui donne à nos jeunes membres des retours d’expériences précieux. C’est une source d’émulation permanente qui montre leur attachement au monde de l’assurance.

Souhaitez-vous vous rapprocher d’organismes de formation ?

Nous sommes en contact avec plusieurs écoles d’assurance pour justement permettre de véhiculer la bonne image de l‘association. C’est en état de projet pour l’heure mais l’opportunité d’offrir plusieurs déjeuners Ujarf au major d’une promotion d’élèves pourrait aussi permettre d’attirer des talents dans notre association.

*  Le bureau de l’Ujarf :

  • présidente : Florence Louppe, directrice générale déléguée de HDI Global SE en France ;
  • vice-président : François-Xavier d’Huart, directeur commercial de XL Catlin France ;
  • secrétaire général : François Lanavère, directeur marketing et innovation de Gras Savoye ;
  • trésorier : Louis du Ché, Global Property Manager chez AIG Benelux ;
  • Aurélie Itart-Longueville, chargé de clientèle chez Marsh France ;
  • Pascal Pillier, responsable du développement commercial chez Zürich France ;
  • Florence Chevet, Regional Head & Legal Compliance chez Allianz Global Corporate & Specialty SE ;
  • Christophe Hautbourg, directeur général de la CSCA ;
  • Sébastien Vandervannet, directeur de la gestion de la relation client et membre du comité exécutif de Malakoff Médéric.

A lire aussi

Interview de la semaine

« La MGP passe du corporatisme à l’affinitaire »

Benoît Briatte, président de la MGPNouveau logo, nouveau nom : la Mutuelle générale de la police devient la MGP, la mutuelle des forces de sécurité. Elle élargit son champ d’a...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« Nombre d’entreprises ont des biens à forte valeur patrimoniale assurés de façon inadaptée »

Gilles Jacquier, responsable souscription spécialités entreprises, et Rodolphe Burdy, souscripteur senior « Fine Art »Allianz France se lance sur le marché Fine Art avec une n...

> Lire la suite

Interview de la semaine

« L’alliance de Polyexpert, IES et McLarens est notre réponse au besoin d’expertise à l’échelle du globe »

Emmanuel Géli, président directeur général de PolyexpertLe groupe Polyexpert nouait récemment un partenariat stratégique avec ses deux homologues IES et McLarens pour décliner...

> Lire la suite