Animaux de compagnie

Assurance chien : les clés pour bien choisir

Par publi-rédactionnel, - Le 28/01/2019

Comme tout type d'assurance, une assurance pour chien, que l'on retrouve également sous le terme de mutuelle canine, permet une prise en charge par un organisme protecteur d'une partie ou de tous les frais de santé dépensés par un propriétaire pour répondre aux besoins de son animal.

Entre 300 et 800 € ! Telle est la somme moyenne et annuelle dépensée par les propriétaires de chien. En effet, si durant leur jeune âge, et passés les vaccins et la castration, les chiens ne semblent pas coûter énormément, les frais augmentent considérablement avec l'âge, si l'animal est notamment atteint d'une maladie après ses dix ans ou s'il est victime d'un accident.

Face à ces coûts importants, de nombreux propriétaires n'hésitent plus : ils souscrivent une assurance pour chien. Mais sont-elles bien utiles ? A quoi servent-elles ? Combien coûtent-elles ? Faisons le point sur ces assurances qui, de nos jours, ont pignon sur rue.

Une assurance pour chien ! De quoi s'agit-il ?

Comme tout type d'assurance, une assurance pour chien, que l'on retrouve également sous le terme de mutuelle canine, permet une prise en charge par un organisme protecteur d'une partie ou de tous les frais de santé dépensés par un propriétaire pour répondre aux besoins de son animal.

Le principe est relativement simple : chaque mois, l'assurance prélève un montant, que le chien ait eu à subir des soins ou pas. Dès que l'animal a eu besoin de soins, il suffit de transmettre la facture à la compagnie d'assurance pour être remboursé selon les modalités prévues par le contrat. Comme une mutuelle dont peuvent être dotés les humains, les assurances animales prévoient certaines garanties, avec ou sans conditions, mais aussi des plafonds d'indemnisation et éventuellement des franchises. D'où l'intérêt d'étudier de près les propositions des compagnies pour trouver le contrat le plus efficace selon les besoins de son animal.

Que couvre-t-elle ?

Chaque contrat d'assurance est différent. Toutefois, on peut répartir les couvertures proposées en trois catégories :

  • d'une part, les frais médicaux réparateurs, c’est-à-dire tous les actes (consultations, hospitalisation, chirurgie, imagerie analyse médicales…) et les médicaments facturés pour remettre le chien en bonne santé après le développement d'une maladie ou qu'il ait été victime d'un accident. Pour tous ces frais, les contrats d'assurance prévoient un taux de remboursement. Celui-ci varie entre 50 et 100 % suivant le type de contrat. Toutefois, il faut savoir que tous les contrats canins limitent le montant annuel des remboursements, avec des plafonds qui fluctuent globalement entre 1 000 et 2 500 €. Pour être clair, tous les frais au-dessus de ce plafond seront payés par le propriétaire. Dernier détail, il existe dans certains contrats une somme minimale annuelle non remboursée. Elle est le plus souvent d'une centaine d'euros. De fait, l'assurance ne pourra commencer à rembourser, chaque année, que lorsque le propriétaire aura lui-même déjà payé cette somme en frais vétérinaires,
  • d'autre part, les frais médicaux préventifs, qui, comme leur nom l'indique, concernent toutes les dépenses de suivi de l'animal. Cela comprend les vaccins, la stérilisation, les visites de contrôles… Pour ces soins, les assurances remboursent par le biais d'un forfait annuel, qui peut être de quelques dizaines d'euros, ou, dans les meilleurs cas, de 200 € environ. Une fois passé ce plafond, plus aucun remboursement n'est possible,
  • enfin, les assurances peuvent prévoir des assistances ou des prises en charges complémentaires. Celles-ci sont surtout visibles dans les contrats haut de gamme. Il peut s'agir d'aides à la recherche d'un animal perdu, de prise en charges de frais de santé à l'étranger, d'une aide psychologique au décès de son compagnon ou encore de la possibilité d'avoir accès à un vétérinaire par le biais d'une application mobile. Ces différents services sont très appréciables mais ont un coût non négligeable.

Y a-t-il des maladies exclues ?

Malheureusement, les contrats excluent des remboursements les soins liés à différents types de maladies qui touchent régulièrement l'espèce canine. Selon les contrats, cela peut concerner une, plusieurs ou l'ensemble des races. Ainsi, les chiens sont régulièrement atteints de maladies génétiques, congénitales ou héréditaires. On cite régulièrement la luxation des rotules, le syndrome brachycéphale ou la dysplasie de la hanche. Rares voire inexistantes sont les compagnies d'assurance qui prennent en charge ces pathologies.

Une autre logique est appliquée par les assurances : ne pas prendre en charge les maladies qu'avait l'animal avant la souscription du contrat. D'où l'intérêt d'assurer son animal à son plus jeune âge, même s'il est en bonne santé. Et dans le doute, il est recommandé de bien lire les conditions générales du contrat, ou de demander directement aux assureurs la liste des pathologies exclues des remboursements.

Quel en est le coût ?

Le coût de l'assurance canine ? Voilà la question la plus importante. Difficile d'apporter une réponse très précise, puisqu'il existe autant de tarifs que de contrats. Globalement d’après l’étude réalisée par le site www.toutoupourlechien.com sur les prix des assurances pour chiens, trois gammes de tarifs sont définissables, puisqu’on les retrouve chez la quinzaine de compagnies qui trustent actuellement le marché de l'assurance pour chien.

Les contrats les moins chers coûtent environ une dizaine d'euros par mois. A ce prix-là, ne sont pris en charge que les frais de santé à la suite d'un accident ou d'une maladie, avec une limite de dépenses annuelles qui ne dépasse pas le millier d'euros. Le taux de remboursement est alors de 60 % des frais engagés, au maximum. Enfin, la prévention n'est pas comprise dans l'assurance.

Les contrats de milieu de gamme sont proposés contre des mensualités de 25 à 35 €. Ils contiennent un taux de remboursement de 80 à 100 % pour les frais suite à une maladie ou à un accident, dans une limite qui atteint quelquefois 2 000 € par an. A ces remboursements s'ajoutent des forfaits de prévention d'environ cent euros par an, ainsi que des services d'assistance au quotidien. On trouve, dans cette gamme de prix, d'excellents contrats, qui permettent de réduire de manière importante les frais vétérinaires sans pour autant grever son porte-monnaie.

Enfin, il existe des contrats tout compris, avec des tarifs qui atteignent quelquefois près de 80 € par an voire plus. Ici, pratiquement tous les frais donnent lieu à un remboursement, même s'il existera toujours un plafond maximal. Ce type de contrats conviendra réellement à quelques chiens dont la santé provoque des frais importants et durables. Pour les autres animaux, ces contrats sont trop chers et pas forcément nécessaires.

À quel moment souscrire un contrat ?

De nombreux propriétaires font l'erreur de vouloir souscrire une assurance pour leur chien lorsque celui-ci vieillit ou commence à avoir besoin de soins. Or, il existe, chez toutes les compagnies, un âge limite à partir duquel il n'est plus possible de souscrire un contrat. Suivant les races, cela varie entre 5 et 8 ans. Il est donc primordial de souscrire le contrat lorsque le chien est jeune. Normalement, cela est possible dès qu'il a deux ou trois mois.

Deuxième erreur, le fait de souhaiter assurer son chien car il vient de tomber malade ou d'être victime d'un accident. En effet, les contrats prévoient un délai de carence, durant lequel aucun soin n'est pris en charge. Ce délai est d'environ de sept à quinze jours pour un accident et peut aller jusqu'à deux mois pour une maladie. Il est cependant régulièrement possible d'abaisser ce délai en fournissant à la compagnie assurantielle un certificat signé du vétérinaire habituel de l'animal indiquant que celui ne présente aucun souci de santé. Ainsi, l'assurance animale doit être anticipée !

Comment choisir la meilleure assurance pour son chien ?

Plus d'une quinzaine de compagnies ont développé ces dernières années des contrats d'assurance canine. Il est donc particulièrement complexe de s'y retrouver, notamment par le fait que leurs contrats se présentent rarement de la même manière. Il est possible d'en discuter avec son vétérinaire, qui a quelquefois des retours d'expériences d'autres propriétaires sur leur assurance. Mais la solution la plus simple et efficace demeure de profiter des nombreux comparateurs d'assurance existant sur Internet, et qui proposent désormais de trier les assurances suivant la race, l'âge, le budget et les besoins de l'animal en matière de santé. Cette démarche permet de faire un premier tri, tri qui peut être complété en contactant directement les compagnies qui semblent offrir le meilleur rapport qualité/prix.

A lire aussi

assurance de poche

NetVox assure les produits nomades

NetVox, la marque de courtage grossiste d’AssurOne Group, élargit sa gamme de produits et propose désormais des assurances pour les produits nomades et électroménagers en cas...

> Lire la suite

MRI

La multirisques immeuble selon SPVie

Le grossiste lance à l’attention de son réseau une nouvelle offre IARD, imaginée avec l’assureur Tokio Marine HCC, dont l’objet est de garantir les immeubles d’habitations, de...

> Lire la suite

BAROMÈTRE DIGITAL MENSUEL VRDCI

Les courtiers en crédit font la course en tête

A l’affiche du baromètre digital du mois, La Tribune de l’assurance et VRDCI analysent les opérateurs les plus performants en termes d’acquisition de prospects par le référenc...

> Lire la suite