Assurtech

Lovys lève 3,3 M€ et s’imagine en Netflix de l’assurance

Par Marie-Caroline Carrère, journaliste - Le 03/07/2019

Spotify, Netflix… l’AssurTech Lovys veut appliquer le modèle de ces plates-formes à l’assurance-dommages en proposant des couvertures affinitaires et habitation sur une même application et sous forme d’abonnement mensuel. La start-up vient de lever 3,3 M€ lors de son dernier tour de table.

João Cardoso, photo DR
João Cardoso, photo DR

L’AssurTech Lovys vient de clôturer sa dernière levée de fonds avec 3,3 M€ investis par Maif avenir, Portugal Ventures et Plug&Play. La start-up courtier collabore avec huit compagnies d'assurance dont Generali, La Parisienne, Helvetia, Cardif (BNP Paribas) et Maif… « La plupart des Français considèrent à tort l'assurance comme un mal nécessaire plutôt que comme quelque chose qui peut améliorer leur vie. Notre réponse est inspirée par une tendance sociale des personnes à choisir une plate-forme pour chaque catégorie de sa vie : cinéma, musique, livraison alimentaire, etc. L'assurance, étant donné son importance, ne peut pas faire exception », affirme son président-directeur général João Cardoso qui définit le service comme « simple, transparent et personnalisable ». 

100 % digitale, sans engagement et personnalisable

Lovys propose une expérience entièrement digitale et dématérialisée, le client peut modifier ou résilier son abonnement à tout moment mais aussi le personnaliser en fonction de ses besoins. « La grande promesse de Lovys est de réinventer l’expérience utilisateur en proposant l’assurance sur abonnement, une assurance tout-en-un, 100 % digitale, sans engagement et personnalisable. Notre offre est innovante, nous pouvons avoir un impact positif sur le marché français et sommes convaincus d’avoir notre place pour réimaginer et repenser les produits. Nous pouvons faire la différence, développer et amener au marché une proposition nouvelle », poursuit João Cardoso. Toutes les polices choisies, pour l’instant habitation et smartphone, sont regroupées dans un unique forfait mensuel modulable à tout moment. « Nous voulons dépoussiérer l’assurance et la rendre simple, agréable. Nos assurés peuvent prendre le contrôle sur leur couverture et façonner eux-mêmes l’assurance qui leur ressemble. Nous plaçons l’assuré au cœur du modèle », ajoute-t-il.

Atouts très intéressants

« Peu d’InsurTech françaises ont réussi à réinventer l’expérience client sur l’assurance de biens. Ne se contentant pas uniquement d’être un énième courtier digital, Lovys mise sur un fort niveau de flexibilité et de personnalisation et une large gamme de produits d’assurance avec la promesse d’être une plate-forme all-in-one. Peu de start-up du secteur ont réussi à développer un produit aussi abouti en si peu de temps et avec si peu de moyens » explique Maif et d’ajouter : «  Lovys n'est pas unique sur son créneau mais présente des atouts très intéressants, comme un parcours client 100 % digital, une gestion multi-contrat ou un abonnement personnalisé et sans engagement. »

Vision stratégique

Après une levée d’environ 400 000 € en phase pré-seed auprès de business angels en 2018 (notamment la start-up Sesame et le Réseau Entreprendre 93), Lovys a clôturé fin juin un tour de table et vient de lever de 3,3 M€ grâce à Maif avenir, Portugal Ventures et Plug&Play, un fonds international. « C’est la plus grande levée à ce stade d’une start-up dans le domaine de l’assurance de biens en France », indique le fondateur de Lovys. « Nous sommes fiers de rejoindre le projet Lovys dont nous partageons l’ambition de préparer l’avenir de l’assurance. La vision stratégique du fondateur, la qualité des personnes qui l’entourent et les réalisations techniques et commerciales de Lovys – notamment dans le cadre de son partenariat avec Altima, filiale du groupe Maif – ont été des éléments qui nous ont convaincus d’accompagner la société dans son développement », affirme Mohamed Abdesslam, directeur d’investissement du fonds Maif avenir. 

Perspectives de développement

« En réussissant à fluidifier la souscription et en mettant à disposition de ses partenaires assureurs un back-office performant, Lovys réussit à mettre sur le marché des tarifs attractifs avec une proposition de valeur pertinente. La capacité de Lovys à développer des partenariats de distribution en BtoBtoC lui permet d’avoir des perspectives de développement intéressantes sans engager des frais de marketing et communication trop importants », ajoute par ailleurs l’assureur mutualiste. En effet, au-delà de la souscription directe sur son site Lovys.fr, l’AssurTech a mis en place plusieurs partenariats de distribution via les principaux comités d’entreprise qui font la promotion de ses offres auprès de plus de 5 millions de Français.

Enfin, le courtier travaille sur une offre auto qu’il a l’intention de lancer d’ici la fin de l’année et, s’il fait ses premiers pas en France, João Cardoso a bien l’intention de faire de l’Europe son terrain de jeu : « Nous souhaitons être la plate-forme de référence pour l’assurance-dommages », conclut-il.

A lire aussi

art & risk management

Les musées nus face aux risques

La multiplication des sinistres en musées invite à s’interroger sur leur mode de gestion des risques et des crises. Alors que ces institutions sont poussées à plus d’autonomie...

> Lire la suite

Assurance Agricole

Les viticulteurs en froid avec l’assurance

Le début du printemps n’a pas épargné les viticulteurs français, plusieurs épisodes de gel ont frappé les régions viticoles causant pertes et dégâts sur les cultures. Les viti...

> Lire la suite

marché

La ruée vers l’art

Ces cinq dernières années, le marché français de l’assurance Fine Art a été bouleversé par la déferlante de nouveaux entrants attirés par des résultats jugés rentables. Qu’en...

> Lire la suite