Dépêches

Communication externe — 13/02/2018

Amendement Bourquin : les banques ne jouent pas toujours le jeu de la transparence, selon Magnolia


(AOF) - Les banques détiennent actuellement 88% du marché de l'assurance emprunteur et appliquent des marges de 40 à 50% sur ce type de contrat. Suite à la validation de l'amendement Bourquin le 12 janvier dernier, la part de marché des banques va diminuer au profit de compagnies d'assurance externes. Jusqu'à 63% du stock d'assurances-emprunteur pourrait échapper aux banques, générant pour celles-ci un important manque à gagner, selon le cabinet de conseil McKinsey. Ceci entraine donc certaines banques à rester floues sur le sujet afin de garder leurs clients, selon la porte-parole de Magnolia.fr.

D'après un sondage réalisé en novembre 2017 par Magnolia.fr, 67% des emprunteurs ignoraient même leur droit à la résiliation annuelle, ce qui confirme la mauvaise communication des banques sur cette possibilité. Un constat dommageable, quand la délégation d'assurance représente environ 30% du coût total d'un crédit immobilier, rappelle Astrid Cousin, porte-parole de Magnolia.fr.

Si certains établissements font des efforts (Caisse d'Epargne), l'information donnée à leurs clients reste incomplète, affirme Astrid Coustin, dans une tribune. C'est le cas de ING Direct qui propose une page peu explicite dans l'onglet " services " du crédit immobilier. Si la " Foire Aux Questions " est exhaustive sur la question et traite de la déliaison - possibilité de changer d'assurance emprunteur -, le processus de résiliation n'est pas expliqué.

Des stratégies dissuasives employées par les banques

Le Crédit Agricole a récemment lancé une communication mettant ses clients en garde contre la " délégation d'assurance " correspondant au fait de souscrire une assurance emprunteur auprès d'un organisme extérieur. La banque tente de justifier le prix des assurances proposées par le groupe Crédit Agricole en expliquant qu'elles offriraient une couverture plus complète. Cet argument est erroné mais souvent repris par les banques pour empêcher leurs clients de changer d'assurance emprunteur.

D'autres informations erronées sont véhiculées. Entre autres, la banque affirme que les indemnisations de contrats délégués ne sont pas valables si la personne n'exerce plus d'activité professionnelle, ce qui est faux. Elle explique également que les tarifs indiqués dans le contrat signé sont révocables en délégation et non dans les contrats de groupe. Cette information peut inquiéter le client mais est infondée puisque les tarifs proposés en délégation ne sont révocables que dans le cas où l'assuré en tirerait bénéfice, explique la porte-parole.


2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance