Dépêches

Etude et baromètre — 07/03/2018

Le taux de défaillance recule en France, mais les entreprises zombies se multiplient, selon Coface


(AOF) - L'assureur-crédit Coface a relevé en France une baisse de 8,3% de défaillance en 2017, avec 53 414 procédures collectives. Un niveau désormais inférieur à celui d'avant-crise.Toutefois, le tableau est loin d'être idyllique car le nombre d'entreprises " zombies ", toujours en vie mais insolvables et peu rentables, reste élevé. Pour 2018, Coface table sur une baisse moins marquée (- 3,6%) du taux de défaillance.

Ce moindre repli s'explique en partie par le probable ralentissement de l'activité française dès le second semestre, en raison des contraintes d'offre en termes d'équipements et de recrutement, ainsi que par des premiers signes d'essoufflement déjà visibles du côté de la construction, selon Bruno de Moura Fernandes, économiste à Coface.

L'assureur-crédit souligne que, si le nombre de défaillances reste supérieur à celui d'avant-crise, le taux de défaillance est plus faible : 1,14% en 2016 contre 1,35% en 2007, en raison d'un stock d'entreprises plus important.

Il est comparable à celui enregistré en Allemagne (1,2%) alors qu'en Italie et en Espagne les procédures très longues et coûteuses poussant les entreprises à recourir à d'autres alternatives (liquidation volontaire, financement par hypothèque) entraînent une sous-évaluation du taux de défaillance à 0,3% et 0,1% respectivement.

Mais la situation des entreprises françaises est plus contrastée que ne le laisse supposer la baisse du nombre de défaillances. Si on ajoute au taux de défaillance celui d'entreprises " zombies " (4,6% du nombre total, d'après les estimations de Coface), la part des entreprises en difficulté atteint 5,7% du total (à fin 2016). Depuis la sortie de la crise, le taux d'entreprises " zombies ", maintenues artificiellement en vie par des financements à bas coûts dans un contexte de politique monétaire expansionniste, ne diminue pas en France, alors que l'Espagne, très affectée par la crise, a entamé une baisse dès 2013.

" Depuis la sortie de la crise, il y a moins de défaillances en France mais autant d'entreprises " zombies ", ce qui est cohérent avec la croissance relativement faible enregistrée jusqu'en 2016. Cette multiplication des " zombies " qui risquent de faire faillite à tout moment est préjudiciable pour l'économie car cela entrave le processus de destruction créatrice et tire à la baisse la productivité d'un pays ", conclut Bruno de Moura Fernandes.

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance