Dépêches

Lancement de produit — 14/05/2018

La startup MeSoigner teste l'e-ordonnance à grande échelle à Bergerac


(AOF) - La startup MeSoigner, spécialiste de l'édition d'outils digitaux à destination des pharmaciens et de leurs patients, a mené une vaste étude sur l'e-ordonnance au sein du pôle santé de Bergerac (Dordogne), en partenariat avec la région Nouvelle-Aquitaine. Une première en circuit ouvert, c'est-à-dire applicable sur les différents logiciels métiers des pharmaciens et médecins. Les patients interrogés ont pu être classé en trois groupes selon leur intérêt pour l'e-ordonnance.

Il en ressort que 33% des sondés veulent conserver le principe de l'ordonnance papier et font un amalgame avec la suppression du moment de consultation chez le médecin. 40% préfèrent l'ordonnance papier mais accueillent favorablement la possibilité du choix de support de l'ordonnance. Si le médecin les y obligent, ils utiliseront une e-ordonnance. Ils s'interrogent toutefois sur la fiabilité et la sécurité du dispositif. Pour finir 27% sont enthousiasmés par l'e-ordonnance et son usage via leurs smartphones. Ils se sentent concernés par la dématérialisation des supports papiers et sont au courant des enjeux numériques de la sphère médicale.

Au cours du test, la jeune pousse a pu prendre conscience de contraintes liées au fonctionnement du dispositif, et ainsi apporter des améliorations attendues par les praticiens, les patients et les pharmaciens. Notamment au niveau des fonctionnalités : choix de la pharmacie laissé au patient, possibilité de délivrer un duplicata mais aussi et surtout des contraintes liées à la pédagogie nécessaire de l'utilisation de l'outil.

"Ce test nous fait tirer les conclusions suivantes : les médecins ne sont pas réticents à l'e-ordonnance car ils captent l'intérêt, en terme de sécurité notamment. Ils déclarent cependant ne pas avoir le temps de la proposer. Ce n'est pourtant pas l'outil qui est chronophage, mais bien la pédagogie qui doit aller avec, puisqu'il nécessite une explication de son fonctionnement aux patients. Ces derniers ne sont pas réfractaires au changement, surtout les plus jeunes, mais ils ont besoin d'être sensibilisés et guidés dans l'usage de ce nouvel outil. Ainsi, ils pourraient même devenir prescripteurs auprès de leur médecin. Nous pensons donc que cette transition numérique passera inévitablement par le pharmacien et les établissements de santé. Ce sont d'ailleurs ces deux acteurs qui ont le plus à gagner dans la généralisation de cet outil qui leur permettra de poursuivre la transition digitale", a déclaré Xavier Mosnier Thoumas, pharmacien associé conseil à MeSoigner.fr.

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance