Dépêches

Etude et baromètre — 25/10/2018

La Mutualité française analyse l’utilisation de "Paro" dans les Ehpad


(AOF) - A l’heure où le vieillissement de la population française tend à s’accélérer, la Mutualité Française Loire – Haute Loire Ssam a lancé une triple étude sur l’utilisation dans les Ehpad de Paro, un robot émotionnel ayant l’apparence d’un phoque en peluche, auprès des résidents atteints de troubles cognitifs.

Les résultats révèlent que l'utilisation de Paro se situe à la frontière de l'animation, du nursing et du soin. L'expérimentation menée sur ce point démontre notamment que les professionnels ont davantage un usage individuel que collectif du robot émotionnel, et ce principalement pour canaliser une angoisse, une colère ou encore pour limiter une déambulation.

Du côté des personnes âgées, la logique du "prendre soin" semble gouverner les usages : c'est en s'occupant du robot que les souvenirs ressurgissent, que l'imaginaire se déploie et que l'affect s'exprime. A noter toutefois que Paro ne fonctionne pas sur tous les résidents (phobie des animaux, refus d'être infantilisé…).

Concernant l'impact de cette gérontechnologie sur le lien entre résidents, personnel soignant et aidants, des effets bénéfiques tant sur la relation que sur la prise en charge médicale sont observés. Ainsi, sa capacité à réagir de manière autonome aux comportements humains le rend propice au travail avec les personnes qui peuvent éprouver des difficultés à communiquer.

Cette amélioration de la communication verbale et non-verbale semble toutefois se faire au détriment de la relation humaine avec l'aide-soignant. En effet, le robot prend en charge une partie des interactions, pouvant donner le sentiment à l'aide-soignant de se sentir dépossédé d'une part de son activité : la relation au soigné. Par ailleurs, les résultats révèlent que Paro a induit un allégement de la charge de travail subjective des soignants.

Enfin, une dernière étude démontre que l'intervention du robot est un levier efficace pour diminuer les manifestations douloureuses induites par les soins grâce à son effet distracteur, répondant ainsi à un réel besoin des équipes de soins. En revanche, elle ne permet pas de diminuer la prise d'antalgiques des résidents.

2018 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance