Dépêches

Etude et baromètre — 15/01/2019

Catastrophes naturelles : Munich Re dresse le bilan de l’année 2018


(AOF) - Humaines comme économiques, les pertes dues aux catastrophes naturelles 2018 ont été importantes, selon le dernier bilan dressé par Munich Re. Les pertes globales qui s’élèvent à 160 milliards de dollars ont été supérieures à la moyenne corrigée de l'inflation au cours des 30 dernières années (140 milliards de dollars). Ce chiffre est loin derrière les 350 milliards de dollars enregistrés en 2017. Toutefois, 2018 est la quatrième année la plus dévastatrice de tous les temps.

Avec 80 milliards de dollars, les pertes assurées ont été nettement supérieures à la moyenne corrigée de l'inflation au cours des 30 dernières années (41 milliards de dollars), mais restent inférieures aux chiffres records de l'année dernière (140 milliards de dollars).

Les catastrophes naturelles les plus coûteuses se sont produites aux États-Unis et notamment en Californie. Un incendie de forêt a généré 16,5 milliards de dollars de pertes globales et 12,5 milliards de dollars de pertes assurées. De son côté, l'ouragan Michael a enregistré des pertes globales de 16 milliards de dollars et 10 milliards de dollars de pertes assurées.

Par ailleurs, la sécheresse persistante qui a causé d'importantes pertes agricoles et de nombreux incendies de forêt a été la catastrophe naturelle la plus coûteuse sur le continent européen. Les pertes directes se sont élevées à 3,9 milliards de dollars (3,2 milliards d'euros), dont une faible proportion seulement a été assurée. Les bas niveaux d'eau de nombreux cours d'eau pendant une bonne partie de l'automne ont eu des répercussions sur le trafic fluvial et donc aussi sur le transport de marchandises et l'économie.

S'agissant du bilan humain, 10 400 personnes ont perdu la vie en 2018 à la suite de catastrophes naturelles. Une diminution a néanmoins été constatée par rapport à la moyenne de 53 000 décès enregistrés au cours des 30 dernières années. "Cette tendance à long terme indique clairement que, d'un point de vue mondial, les mesures de protection de la vie humaine commencent à porter leurs fruits", analyse le réassureur allemand.

En détail, la catastrophe la plus meurtrière de 2018 a été un tsunami de sept mètres qui a pris la ville indonésienne de Palu par surprise le 28 septembre à la suite d'un tremblement de terre. Des milliers de bâtiments ont été détruits et 2 100 personnes ont été tuées.

Un autre tsunami a frappé les régions côtières de Sumatra et de Java - îles d'Indonésie - dans la soirée du 22 décembre. Au moins 400 personnes sont mortes.

"Compte tenu de la fréquence accrue des sinistres inhabituels et des liens possibles entre eux, les assureurs doivent examiner si les événements de 2018 étaient déjà sur le radar de leurs modèles ou s'ils doivent réaligner leurs stratégies de gestion des risques et de souscription", a déclaré Torsten Jeworrek, membre du conseil d'administration chez Munich Re.

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance