Dépêches

Etude et baromètre — 23/01/2019

Euler Hermes prévoit une hausse des défaillances d’entreprises françaises en 2019


(AOF) - Selon Euler Hermes, les défaillances d’entreprises françaises ont à nouveau rebondi au quatrième trimestre 2018, de +3,4 %. La tendance observée au troisième trimestre 2018 (+6,4 %) se confirme : le risque d’impayé se renforce depuis deux trimestres consécutifs. L’assureur-crédit estime que cette situation s’explique principalement par le ralentissement de la croissance française (+1,5 % en 2018 après +2,3 % en 2017), qui trouve sa source dans la faible croissance de la consommation des ménages (+0,8 % l’an passé).

Par ailleurs, les taux de marge des entreprises ne parviennent pas à retrouver leurs niveaux d'avant-crise, et restent coincés sous la barre des 32 %.

Autre facteur de risque à prendre en compte pour les entreprises françaises : les défaillances de grandes entreprises. En 2018, les défaillances d'entreprises dont le chiffre d'affaires est supérieur à 15 millions d'euros ont augmenté de +19 % en France (+20 cas). Parmi les secteurs les plus affectés, la construction est en première ligne, avec 14 nouveaux cas recensés en 2018 (+280 % par rapport à 2017). Les entreprises de la construction ont subi de plein fouet le ralentissement de l'investissement des ménages l'an passé (+1,6 % vs +5,6 % en 2017).

Les prémisses de cet effet domino sont déjà visibles. En France, l'an passé, les défaillances d'entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 250 000 euros ont cru de +5 %. Concernant les entreprises dont le chiffre d'affaires est compris entre 250 000 et 500 000 euros, les défaillances ont augmenté de +4 %. Les difficultés rencontrées par les grandes entreprises en 2018 ont déjà commencé à affecter les plus petites structures.

Le retournement de tendance observé au deuxième semestre de 2018 devrait se prolonger en 2019. En effet, Euler Hermes estime que cette année, le nombre de défaillances d'entreprises françaises devrait croître de +2 %, soit 1 100 défaillances de plus qu'en 2018. En cause, la demande domestique qui devrait peiner à retrouver de l'allant, et un endettement des entreprises croissant.

"En 2019, la consommation des ménages ne croîtra que de +0,8% (comme en 2018), tandis que l'investissement des ménages reculera de -0,5% (+1,6% en 2018). En plus de cette conjoncture peu propice, les entreprises devront aussi faire face à un problème plus structurel : l'endettement. Alors qu'elle représentait 71,7% du PIB en 2017 et 74% en 2018, la dette des entreprises françaises devrait atteindre 76% du PIB fin 2019, un niveau record. Coincées entre débouchés stagnants et endettement croissant, de nombreuses entreprises françaises seront mises en difficulté cette année", a déclaré Stéphane Colliac, économiste en charge de la France chez Euler Hermes.

2019 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance