Dépêches

Etude et baromètre — 16/11/2020

Le confinement n'a pas fait disparaître le risque d'accident de la route


(AOF) - La crise sanitaire favorise le recours aux véhicules personnels et est marquée par le développement de comportements à risque sur des routes moins fréquentées, analyse la MMA dans une étude. Ainsi, pendant le premier confinement, les excès de vitesse avaient bondi malgré la baisse de trafic. Aussi, la nouvelle étude sur le risque routier en entreprise de MMA tire la sonnette d'alarme : 78% des dirigeants ignorent que le risque routier est la première cause d'accident mortel en entreprise. Et seuls 19% des chefs de TPE/PME ont mis en place des actions de prévention au sein de leur entreprise.

Avec 406 personnes décédées sur les routes lors d'un déplacement lié au travail en 2019, les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité dans le cadre professionnel. Cette année avec le confinement, le risque reste bien présent, assure le mutualiste du Mans : il est constaté une explosion des excès de vitesse, sans doute due aux routes moins fréquentées.

Pourtant, ce danger est largement sous-évalué par les dirigeants de TPE/PME, puisque moins d'un quart estime qu'il s'agit de la première cause d'accident mortel du travail (22 %), une proportion stable depuis 2016.

Les chefs d'entreprise demeurent également peu au fait de leur responsabilité en cas d'accident d'un salarié. Ainsi, si 59 % savent qu'un dirigeant peut être tenu pour responsable en cas d'accident de la route impliquant un salarié sur un trajet professionnel, seuls 36 % en sont conscients s'agissant du trajet domicile-travail.

Bien qu'obligatoire, l'inscription du risque routier dans le Document Unique de l'entreprise reste minoritaire : seuls 34 % des dirigeants disent avoir mentionné ce risque dans leur DU.

L'étude de la MMA pointe également une carence au niveau des actions de prévention. Ainsi, 79 % des dirigeants de TPE/PME n'ont mené aucune action au sein de l'entreprise. Dans le détail, les principales actions déployées sont la vérification des véhicules mis à disposition (80 %) et de la validité des permis de conduire (78 %). Dans les entreprises concernées, 1 dirigeant sur 2 indique réduire les déplacements des salariés pour limiter les risques routiers (51 %).

Si la mise en place de ces actions est stable depuis 2016, l'étude montre une évolution de mesures plus minoritaires. Ainsi, l'instauration d'un droit à la déconnexion des salariés sur les trajets professionnels a fortement progressé : 47 % des sociétés engagées dans des démarches de prévention indiquent l'avoir mis en place.

2020 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance