Dépêches

Etude et baromètre — 29/03/2021

Le blocage du Canal de Suez pourrait coûter jusqu'à un milliard de dollars en assurance


(AOF) - Le blocage du canal de Suez et les perturbations qui en résultent pour le transport maritime mondial sont susceptibles d'entraîner des pertes importantes pour le secteur de la réassurance, selon Fitch Ratings. Cet événement réduira les revenus des réassureurs mondiaux mais ne devrait pas affecter de manière significative leurs profils de crédit, tandis que les prix de la réassurance maritime augmenteront encore suite à l'échouement du porte-conteneurs "Ever Given" dans le canal.

L'agence de notation estime en outre aussi que les pertes liées à cet incident pourraient facilement atteindre des centaines de millions d'euros. Cela dépendra avant tout du temps nécessaire pour retrouver un trafic maritime normal.

Les accidents impliquant de grands porte-conteneurs peuvent entraîner des réclamations matérielles de plus d'un milliard de dollars, mais celles-ci sont essentiellement liées au sauvetage. Comme l'Ever Given devrait encore pouvoir circuler une fois libéré, les sinistres liés à l'assurance de la coque et de la cargaison, y compris le sauvetage (qui sera pris en charge par l'assureur de la coque de l'armateur), devraient rester nettement inférieurs à ce niveau.

Toutefois, poursuit Fitch, le club de protection et d'indemnisation de l'armateur devra probablement faire face à des demandes d'indemnisation de la part des propriétaires de la cargaison de l'Ever Given et des autres navires bloqués dans le canal de Suez pour les pertes liées aux denrées périssables et aux perturbations de la chaîne d'approvisionnement. En outre, l'autorité du canal de Suez elle-même pourrait réclamer des dommages et intérêts pour perte de revenus. Selon les rapports de presse, plus de 300 navires sont bloqués aux deux extrémités du canal.

Une grande partie de ces pertes sera probablement réassurée par un panel mondial de réassureurs. Pris isolément, ce sinistre important devrait être neutre pour leurs profils de crédit. Toutefois, il exercera une pression supplémentaire sur les bénéfices des réassureurs mondiaux au premier semestre 2021 - bénéfices qui ont déjà été affectés par des catastrophes telles que les tempêtes hivernales aux États-Unis et les inondations en Australie, ainsi que par des pertes supplémentaires liées à la pandémie de coronavirus.

2021 Agence Option Finance (AOF) - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation. Agence Option Finance (AOF) est une marque du groupe Option Finance