Dépêches

Étude et baromètre — 15/11/2016

Les contrats blockchain intelligents appliqués aux secteurs de la banque et de l'assurance

16 milliards de dollars : c'est l'économie que pourrait réaliser les consommateurs sur leurs frais bancaires et leurs cotisations d’assurance grâce aux contrats blockchain intelligents.

Capgemini publie une étude intitulé "Smart Contracts in Financial Services : Getting from Hype to Reality" et portant sur les contrats intelligents appliqués au secteur financier. L'étude relève que le consommateur moyen pourrait économiser plus de 500 dollars sur ses frais bancaires et ses cotisations d'assurance grâce aux nouveaux contrats intelligents tirant profit de la blockchain et prévoit une adoption généralisée de ces nouvelles pratiques contractuelles d’ici 2020. En effet, de nombreuses institutions à l'image de BNP Paribas, Deutsche Bank et Credit Suisse ont déjà lancé des programmes pour le développement des nouvelles technologies de contrats reposant sur la blockchain.

Ainsi le rapport définit trois grands axes susceptibles d’affecter les consommateurs et les organisations de manière significative. Dans le secteur bancaire, les prêts personnels et immobiliers vont bénéficier des avantages des contrats intelligents,notamment en terme de dématérialisation se traduisant par des économies de 480 à 960 dollars sur les prêts immobiliers et les frais de gestion des comptes client.  Les banques  connaitront des  frais de traitement réduits de 3 à 11 milliards de dollars par an à l’échelle des Etats-Unis et de l’UE. Dans le secteur des assurances, ces contrats intelligents devraient accélérer le traitement des déclarations liées aux assurances santé, auto, vie et voyage en limitant le nombre de formulaires à remplir et en rationalisant les interactions entre les assurés et leurs assureurs. Dans le milieu de l’assurance automobile, les contrats intelligents pourraient réduire les dépenses annuelles de 21 milliards de dollars à l’échelle mondiale grâce aux frais de traitement moins onéreux. Concernant les banques d’investissement, ces nouveaux contrats permettront d’accélérer les processus de documentation, de confirmation des acheteurs/cédants, de validation des contrats et de vérification. De fait, les transactions seraient ainsi traitées en 6 à 10 jours au lieu de 20. Enfin, selon l’étude ces nouveaux contrats peuvent toutefois présenter des risques, notamment au niveau de la confidentialité, de la sécurité de la technologie blockchain et de la réglementation applicable.

 

Source : capgemini-consulting.com