Dépêches

Étude et baromètre — 29/12/2016

L'ACPR analyse les résultats des banques françaises à l'exercice de stress-test EBA

L'ACPR publie une analyse portant sur les résultats des banques françaises de l’échantillon EBA et compare ses résultats avec ceux de l’échantillon global. L’autorité observe que 51 banques européennes dont 6 groupes français, représentant près de 70% des actifs du secteur bancaire européen, ont participé à l’exercice de stress-test EU wide stress-testing 2016. Dans l’ensemble, les banques françaises de l’échantillon EBA sont ressorties comme moins stressées que les autres banques européennes avec moins 286 bp en scénario adverse, contre  moins 383 bp pour l’ensemble des 51 groupes bancaires européens. Cela peut s’expliquer particulièrement par une bonne qualité des portefeuilles de crédit notamment des crédits sur l’immobilier résidentiel. Cependant, la Banque postale  est la banque la plus pénalisée parmi les banques françaises  avec moins 348 bp en adverse par rapport à la situation fin 2015. Selon l’étude cette pénalité s’explique avant tout d’une forte croissance des RWA crédit de la banque. 

Par ailleurs, dans le cadre du mécanisme de supervision unique (MSU), la BCE a conduit en parallèle son propre exercice de stress-test, non public, sur une soixantaine d’autres institutions significatives de la zone Euro, sur la base d’une méthodologie identique à celle de l’EBA.

Source : acpr.banque-france.fr